Le thé en Russie

Le thé russe :



Le thé fut un des présents envoyé par l'empereur de Chine aux tsars, et cette herbe vertueuse ne mit pas longtemps à séduire la cour de Russie, si bien qu'une caravane fut spécialement mise en place par Pierre le Grand en 1689 pour troquer les fourrures contre des caisses de thé (pas moins de 15 000 km séparent la Chine de Moscou, et ce, parcouru en 1 année par 300 chameaux).
Le "na tchaï" ("pour le thé") ont toujours été des thés chinois compressés, bien que depuis quelques temps les 80% de la population russe consommatrice de thé, s'est entichée des thés verts et des thés rouges. Même si la Russie possède près de la Mer Noire et près de la frontière géorgienne des cultures de thé de grande réputation, elle l'importe d'Inde (70%) et du Sri Lanka (16%).

Particularité des goûts russes : il existe des mélanges aromatisés, ceux-ci sont des crus de différentes origines et parfumés avec des huiles essentielles d'écorces d'agrumes et d'épices. Mais il existe également les thés non parfumés, qui par la sélection des crus d'origines choisies, permet d'obtenir un goût particulier : on les décrit comme charpentés et corsés avec parfois une légère note fumée.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×