Traditions du thé

Les traditions du thé

 

Tout comme le café est devenu un breuvage de choix de ce côté de l'océan, le thé est, si l'on excepte l'eau, la boisson la plus courante de millions de personnes. La quasi-totalité des habitants de vastes étendues de notre planète -dont l'Asie, l'Inde, la Malaisie, le Moyen-Orient et les pays qui constituaient l'ex Union Soviétique-, commencent leur matinée avec une tasse de thé en cours de journée et, dans de nombreux foyers, la bouilloire est toujours sur le feu. L'heure du thé est toujours un agréable moment que l'on consacre à des amis, ou encore à se détendre. Et si quelque chose d'ennuyeux arrive, un thé bien chaud rétablit la situation.


Mais qu'appelle-t-on « thé » ?

Au sens large, le thé est une boisson préparée en faisant macérer des feuilles dans de l'eau bouillante. Le plus commun des thés provient du Camellia sinensis, arbuste à feuilles persistantes et la tradition veut que l'on utilise ses feuilles et ses jeunes pousses. Souvent considéré comme originaire de la Chine, l'Assam, la Birmanie et le Cambodge. Il faut se rappeler que l'Assam est une petit état situé au sud de la Chine et du Boutan, coincé entre la Birmanie et le Bangladesh. Cette origine Assam est très importante car la variété Camellia sinensis joue un rôle essentiel.

Bien qu'il existe de très nombreux hybrides, les trois principales variétés de théiers sont les Chine, Assam et le Cambodge. Oublions un instant les « minuscules feuilles de thé » vantées par la publicité et prenons acte que la taille moyenne d'une feuille parvenue à maturité mensure entre cinq et vingt-cinq centimètres de long !

Les jeunes feuilles sont récoltées. Quelle qu'en soit la variété, on cueille les deux plus jeunes feuilles de la tige et un petit bourgeon. Cette absolue nécessité de sélection impose la cueillette manuelle et exige une vision expérimentée.

Sauf si vous êtes un connaisseur, vous pouvez être surpris d'apprendre que, de nos jours, les thés nous viennent de contrées aussi lointaines et dispersées que la Chine, Taiwan, le Japon, l'Inde, l'Indonésie, l'Afrique, la Nouvelle Guinée, l'Afrique du sud et la Russie. Chacun de ces thés provient de variantes du Camellia sinensis.

    

Camellia Sinensis

Alors s'il n'y a qu'une seule plante, comment les thés de toutes les origines peuvent-ils avoir des goûts si divers ? Et bien cela dépend de la façon dont les feuilles sont traitées après leur récolte.