Le squelette et l'appareil musculaire

Le squelette et l’appareil musculaire

 

Le squelette est la charpente qui soutient notre corps. Il lui donne sa forme en assurant l’appui des masses musculaires. Il se compose d’un ensemble d’os, parmi lesquels on distingue les os longs, courts et plats.

Le tissu musculaire permet les mouvements volontaires des membres et involontaires des différents organes. Les muscles sont des organes ayant la propriété de se contracter ou de se raccourcir sous l’action d’une stimulation.

Le squelette est constitué par la masse des os qui réunissent les articulations sur lesquelles se fixent les muscles. Os, articulations et muscles composent l’appareil locomoteur. Cet appareil assure la fonction de mouvement, mais aussi celle de protection en délimitant les grandes cavités du corps qui contiennent les organes.

Un premier ensemble d’os constitue le squelette du tronc et de la tête. D’autres groupes se rattachent au tronc et forment l’ossature des membres supérieurs et inférieurs. L’ensemble des os du tronc sont les vertèbres, les côtes et le sternum. Les os de la tête se subdivisent en os du crâne constituant la boîte crânienne, et en os de la face. Les os des membres supérieurs se rattachent au tronc par la ceinture scapulaire (omoplate et clavicule). Ils se composent des os du bras (humérus), de l’avant-bras (radius et cubitus) et de la main (carpe, métacarpe et phalanges). Les membres inférieurs se rattachent au tronc par la ceinture pelvienne (os iliaque ou os coxal). Ils comprennent les os de la cuisse (fémur), de la jambe (tibia et péroné) et du pied (tarse, métatarse et phalanges).

Le tissu osseux est une variété conjonctive. Il se présente comme un ensemble de lamelles généralement disposées par couches concentriques autour de petits canaux, appelés canaux de Havers, contenant les vaisseaux sanguins. Chaque lamelle est formée par une substance nommée osséine, imprégnée de sels calcaires, dans laquelle sont noyées des fibres conjonctives calcifiées. A l’intérieur de ces lamelles sont creusées de petites cavités plus importantes renfermant les nerfs, les vaisseaux sanguins et la moelle osseuse.

Dans le tissu musculaire, on distingue la musculature lisse et la musculature striée.

La musculature lisse est celle des muscles, qui agissent indépendamment de la volonté; du tube digestif, des vaisseaux sanguins et lymphatiques, de divers organes.

La musculature striée est sous le contrôle de la volonté, hormis celle du tissu myocardiaque, qui es est indépendant d’une impulsion volontaire.

Le squelette sert de soutien et de protection de l’organisme. En association avec les muscles, il permet le mouvement. La moelle contenue dans les os est le centre où se forment les globules rouges.

La santé de notre squelette comme celle de notre système musculaire dépendent de la façon dont nous les utilisons, mais aussi de notre alimentation, de notre métabolisme, de notre capacité d’assimilation et d’élimination des aliments.

Les affections de l’appareil articulaire

. Arthrite : inflammation aiguë ou chronique affectant une articulation. Elle peut être rhumatismale ou infectieuse si elle suit une infection articulaire. Les douleurs articulaires sont vives, rendant les mouvements difficiles. Les articulations sont gonflées, chaudes et rouges. Il y a souvent de la fièvre et une vitesse de sédimentation élevée. Le repos ne soulage généralement pas le malade.

. Arthrose : atteinte chronique non inflammatoire des articulations provoquée par l’altération des cartilages. Elle provoque des déformations, des douleurs et souvent l’impotence. L’état général n’est pas perturbé. Il s’agit d’un vieillissement précoce associant la destruction des cartilages et la construction de tissus osseux formant des becs de perroquet.

. Décalcification : perte de calcium conduisant à une déminéralisation du squelette. Le taux sérique de calcium est normalement très stable et se situe autour de 95 à 105 mg de calcium par litre. Si l’élimination du calcium est supérieure à l’apport alimentaire, le déficit se répercute rapidement sur les os et les dents. Une bonne alimentation est primordiale pour apporter suffisamment de calcium.

. Entorse : violente extension d’un ligament articulaire, provoquant la distension ou la déchirure, suite à un mouvement anormal de l’articulation. La douleur est aiguë, l’articulation enfle considérablement et l’épanchement de sang dans les tissus donne une couleur bleu violet à la peau.

. Lombalgie : douleur lombaire d’origine vertébrale ou due à la compression d’une racine nerveuse par un disque intervertébral. Il s’agit généralement d’une arthrose lombaire.

. Névralgies : douleur sur le trajet d’un nerf souvent due à la compression ou à l’inflammation d’un organe voisin du nerf. On distingue les névralgies sciatiques, intercostales, du crâne ou de la face.

. Polyarthrite : maladie inflammatoire portant sur plusieurs articulations à la fois. Elle évolue le plus souvent par poussées entrecoupées de périodes de rémission plus ou moins complète. Les articulations sont tuméfiées, la peau est chaude et rouge, la douleur et la raideur sont surtout intenses le matin au réveil. Il y a souvent de la fièvre, une fatigue ou un amaigrissement.

. Rhumatismes : terme utilisé pour désigner la plupart des manifestions douloureuses articulaires. Le rhumatisme articulaire aigu est caractérisé par des douleurs touchant une seule articulation à la fois, mais se déplaçant d’une articulation à l’autre. L’articulation est gonflée et tendue, le malade a de la fièvre. L’origine de cette forme est microbienne et succède souvent à une angine à streptocoque A hémolytique. Elle peut s’étendre au cœur et y laisser des cicatrices indélébiles. Le rhumatisme chronique est en fait une polyarthrite chronique rhumatismale.

. Sciatique : inflammation du nerf sciatique allant de la fesse jusqu’au pied, due le plus souvent à une atteinte rhumatismale ou à un trouble des vertèbres lombaires avec altération des disques intervertébraux.

. Tendinite : détériorations microscopiques du tendon qui le rendent moins solide. Souvent due à un traumatisme ou à un surmenage sportif ou professionnel. La douleur est vive et irradiante.

La phytothérapie apporte une réponse souvent efficace aux affections douloureuses des articulations, qu’elles soient chroniques ou accidentelles.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.