Caféier

 

Le caféier

Coffea arabica L.

Le café semble avoir été anciennement employé comme remède en Ethiopie et en Arabie, où l’on préparait une boisson tonique par décoction des fruits frais.

La torréfaction des graines a débuté au XVIIe siècle dans les pays arabes, où il connut un succès immédiat (ouverture de « cafés » à Paris).

En deux siècles, la boisson fut adoptée par toutes les classes de la société et dans tous les pays du monde. Talleyrand disait à son sujet : « Noir comme le diable, chaud comme l’enfer, pur comme un ange, doux comme l’amour ».

En France, la publicité sur le café, commencée dans les années 60, a institutionnalisé la pause-café. (1000 tasses par an et par français).

« Selon la légende, un couvent du Yémen possédait un troupeau de chèvres qui avaient l’habitude d’aller brouter sur les pentes des collines voisines. Kaldi, leur berger, remarqua que ses chèvres entraient dans une grande excitation chaque fois qu’elles broutaient les feuilles et les fruits du caféier. Le muphti, averti, essaya sur lui-même l’effet du breuvage obtenu par infusion de quelques fruits desséchés et se sentit envahi alors d’une merveilleuse exaltation : son esprit resta éveillé et vif, sans que son corps cède au sommeil. Tous les hommes saints du couvent, à sa suite, burent l’infusion afin de gagner sur le sommeil quelques heures de plus à consacrées à la prière et au recueillement . »

Botanique

Famille des rubiacées.

Arbre taillé à environ 5 m de haut. Feuilles entières, opposées, persistantes. Fleurs blanches, odorantes, groupées à l’aisselle des feuilles.

Fruit en 2 noyaux, rouge à maturité.

Habitat

Originaire des hauts plateaux d’Abyssinie, le caféier a été introduit en Guyane puis au Brésil au XVIIe siècle, où il a trouvé des conditions climatiques idéales.

Le Brésil est le premier producteur et importateur de café. Celui-ci est également cultivé en Colombie, en Indonésie, au Mexique, en Ouganda, en Océanie, au Yémen et à Madagascar.

Partie utilisée

Fruit mûr débarrassé de sa coque.

Propriétés

Stimulant chimique, excitant du système nerveux central, euphorisant, stimulant cardiaque (peut donner des palpitations), diurétique.

Indications

Fatigue intellectuelle et physique, lassitude.

Mise en garde

Ne pas en abuser. L’excès de consommation provoque insomnies, douleurs gastriques, palpitations, voir un état d’accoutumance. Déconseillé aux hypertendus.

 

1 vote. Moyenne 1.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.