Introduction

Introduction

 L'art de guérir par les plantes est aussi vieux que le genre humain.

L'amour pour les plantes, dit-on, serait né avec le genre humain lui-même. Les premiers hommes qui ont vécu sur cette Terre auraient déjà eu recours aux plantes pour soigner leurs maladies. Mais l'homme qui vit toujours en plein air, en contact étroit avec la nature, se nourrissant de feuilles et de racines, peut-il réellement être atteint de maladies ?

Les seuls remèdes dont disposaient nos ancêtres étaient ceux que leur offrait la nature avec ses éléments : terre, eau, air et lumière. La terre leur prodiguait, année après année, un riche choix de plantes qui leur servaient de nourriture, mais aussi de médicaments naturels en cas de maladie. Ils avaient remarqué, par exemple, que certaines feuilles et racines qu'ils consommaient s'avéraient efficaces contre les maux physiologiques dont ils étaient atteints. Ils avaient aussi observé que les animaux sauvages recherchaient toujours des plantes déterminées lorsqu'ils étaient malades. Les cerfs toussotants broutaient avidement les pulmonaires, les ours affamés aux premiers jours du printemps reprenaient des forces en dévorant l'ail des ours, le chamois mordu par un serpent allait brouter des euphorbes qui le purgeaient violemment et le débarrassaient des toxines du serpent.

Après avoir fait toutes ces observations, l'homme préhistorique avait manifestement réfléchi. Il en tira les conclusions qui s'imposaient au profit de sa propre santé. Tout porte à croire que nos ancêtres discutèrent de leurs expériences avec les membres de leur tribu et qu'ils firent des essais avec d'autres végétaux. L'art de guérir par les plantes fut ainsi transmis oralement de tribu en tribu, de génération en génération, et s'enrichit de nouvelles découvertes au fil des siècles.