Les huiles essentielles

 

 

Les huiles essentielles

 

Les huiles essentielles permettent de rééquilibrer l'organisme humain physiquement et psychiquement, utilisées seules ou diluées dans des huiles végétales pures et naturelles (extraites par première pression à froid, non raffinées). Ces huiles essentielles  sont extraites de diverses plantes et sont produites par des glandes situées sous la cuticule (épiderme des végétaux). Avec l'huile essentielle, le végétal nous donne le meilleur de lui-même.

Une huile essentielle est contituée de composants possédant une structure moléculaire spécifique, ce qui lui confère un bouquet et des vertus uniques.  Elle ne contient pas de protéines, pas de libides, pas de sucres, pas de minéraux, pas de vitamines et n'est pas un aliment.

D'où provient l'huile essentielle ?

L’huile essentielle est issue d’une plante aromatique par un procédé de distillation à la vapeur d’eau. Les molécules aromatiques volatiles des huiles essentielles ainsi obtenues leur confèrent des bienfaits à la fois sur le plan de la santé mais également sur le plan psychique et émotionnel. On parle ainsi d’aromathérapie : la thérapie par les huiles essentielles.

Le processus de distillation s’effectue dans un alambic. Les végétaux sont disposés sur un plateau « percé » situé au-dessus d’une eau chauffée et portée à ébullition. Ainsi, le végétal libère ses essences aromatiques qui sont récoltées dans une cuve (le décanteur).

Illu huile essentielle 01

Plusieurs parties de la plante peuvent être distillées : le bois, la feuille, la branche, la racine, la tige, l’écorce, le zeste, la fleur….

Les bienfaits de l’huile essentielle et de l’essence sont fonction de sa composition chimique. Or celle-ci dépend des conditions de production et de récolte : la nature du sol, l’altitude, le climat (niveau d’ensoleillement, quantité de pluie, température), la distillation.

Comment sélectionner une huile essentielle de qualité ?

Les conditions de production vont directement influer sur la qualité des huiles essentielles et des essences. C’est pourquoi le choix d’une huile essentielle est une étape primordiale pour s’assurer des vertus thérapeutiques du produit.

En premier lieu, privilégier une production artisanale plutôt qu’industrielle. Cette dernière augmente le niveau de pression de la distillation afin de diminuer le temps de production. Les molécules biochimiques sont ainsi, pour partie, détériorées. Or, elles garantissent les vertus thérapeutiques des huiles essentielles. C’est cette combinaison biochimique qui assure par exemple les vertus cutanées, respiratoires et antiseptiques de l’Arbre à Thé (Melaleuca Alternifolia Terpineoliferum).

En second lieu, faire le choix du Bio (huile essentielle issue d’une production biologique) garantit, dans la majorité des cas, un respect du mode de production, sans engrais ni pesticide. Ces composés ne se retrouveront donc pas sur votre peau ou dans vos poumons. Il est cependant important de préciser que nombre de petits producteurs de qualité n’ont pas les moyens financiers de proposer des huiles essentielles bio. Ceux-ci offrent alors des produits de qualité non estampillés bio. De plus, certaines huiles essentielles ne pourront jamais être certifiées bio car elles sont cueillies à l’état sauvage et non cultivées. A l’inverse, une plante dite « sauvage » n’est pas nécessairement de qualité (certaines bordent les autoroutes par exemple).

La mention « 100% naturelle » n’équivaut pas à une production certifiée biologique. Elle signifie simplement que les huiles essentielles ne sont ni diluées ni modifiées. En revanche, l’encadrement législatif sur le terme « naturel » oblige simplement à ce que le produit contienne moins de 30% de molécules de synthèse.

La mention « 100% pure » : signifie que l’huile essentielle n’est ni diluée ni coupée avec un autre composant ou une autre huile essentielle.

La mention « complète » ou « entière » signifie que la plante a été distillée suffisamment longtemps pour récupérer l’ensemble de ses molécules aromatiques.

 

Fiez-vous à l'étiquetage du flacon

Vérifiez le type de produit : s’il s’agit d’une huile essentielle, d’une essence, d’une absolue (produite par le procédé d’enfleurage) ou d’un hydrolat (eau florale).

Regardez la partie de la plante dont on a extrait l’essence (partie distillée) : la racine, les feuilles, etc… La plante produit des molécules distinctes selon ses organes, par conséquent les huiles essentielles qui en sont extraites offrent des caractéristiques différentes.

Fiez-vous au nom latin (ou nom botanique) de l’huile essentielle, il est le seul repère valable quant à la plante distillée. C’est ce qui vous permet de ne pas confondre par exemple : le Cèdre de l’Atlas « Cedrus atlantica », et le Cèdre de Virginie « Juniperus Virginiana ». Ces deux huiles essentielles ne sont pas de la même famille botanique, n’ont pas les mêmes vertus thérapeutiques et leur nom commun peut varier d’un producteur à l’autre.

Prenez connaissance de la composition biochimique de l’huile essentielle, et plus particulièrement, si cela s'y prête, de son chémotype, qui permet de différencier les propriétés d'huiles essentielles issues d’une même plante qui vit dans des conditions différentes. Ainsi, une plante peut donner des molécules différentes, aux propriétés également différentes.

Par exemple :

Le thym est l’huile essentielle par excellence sujette à erreurs. La plupart du temps, le seul nom commun inscrit est : Thym. Ce qui ne donne aucune indication quant à la plante qui a été distillée et donc quant à  ses qualités thérapeutiques, ses modes d’utilisation et son niveau de toxicité. Or, il existe près de 400 espèces de Thyms !

Dans le cas du Thym vulgaire, il convient de regarder le nom latin qui comprend :

- Le genre : Thymus

- L’espèce : Vulgaris

- Ainsi que le chémotype :

CT Linalol : Thym vulgaire à Linalol (possède de 60 à 80 % de Linalol) : antispasmodique, bactéricide. Ne présente aucune toxicité.

CT Thymol: Thym vulgaire à Thymol (possède 45 % de Thymol) : anti infectieuse et immuno-stimulante. Peut être toxique pour le foie à dose élevée et/ou répétée, dermocaustique. Elle est strictement contre-indiquée aux femmes enceintes et aux enfants.

CT Thymol: Thym vulgaire à Thymol (possède 45 % de Thymol) : anti infectieuse et immuno-stimulante. Peut être toxique pour le foie à dose élevée et/ou répétée, dermocaustique. Elle est strictement contre-indiquée aux femmes enceintes et aux enfants.

 

Quelle différence entre huile essentielle et essence ?

Deux méthodes d’extraction :

L’essence est issue des agrumes (Citron, Orange, Pamplemousse, Bergamote, Clémentine …) et est obtenue par un procédé d’expression à froid (extraction des particules de zestes), tandis que l’huile essentielle est obtenue par distillation à la vapeur d’eau. L’essence de Pamplemousse par exemple est issue de son zeste.

L’essence : des précautions d’emplois supplémentaires :

Il est important de préciser que les essences d’agrumes sont photo-sensibilisantes et peuvent provoquer des réactions cutanées. Nous vous recommandons d’éviter toute exposition au soleil après une application cutanée.

En outre, elles ont un temps de conservation plus réduit (autour de 2 ans), aussi est-il préférable de les stocker au frais.

 

Et l'hydrolat ?

L’hydrolat ou eau florale est l’eau de distillation de l’huile essentielle. Elle en contient les quelques molécules hydrosolubles.

L’eau florale dispose ainsi d’une tolérance excellente pour les enfants et les femmes enceintes, tout en apportant des bienfaits thérapeutiques.

L’eau florale de fleur d’oranger par exemple, obtenue à partir de l’Oranger amer, nommé aussi Bigaradier, aide à l’endormissement des enfants et à l’aromatisation des pâtisseries.

Un produit vulnérable :

L’hydrolat doit être conservé à l’abri de la lumière et ne doit pas subir de changement de température. Après chaque utilisation, il est indispensable de bien refermer le flacon pour ne pas détériorer le produit.

 

 

 

Modes d'utilisation des huiles essentielles

Ils sont liés à la composition biochimique et aux propriétés de chaque Huile essentielle. Il est indispensable de bien respecter les modes d'utilisation et les dosages recommandés pour chaque Huile essentielle. Avant toute utilisation, bien vérifier que le mode d'utilisation envisagé est recommandé pour cette Huile essentielle.

1.Voie orale

Certaines huiles essentielles peuvent être absorbées sous forme de gouttes pures sur un comprimé neutre, un sucre, une cuillérée de miel ou bien dans de l'eau avec un émulsionnant naturel.

En auto médication : ne jamais dépasser 6 gouttes par jour.

Attention : ne pas donner d'huiles essentielles phénolées à un enfant de moins de 6 ans.

2. Voie Cutanée

Certaines Huiles essentielles peuvent être utilisées directement sur la peau mais il est préférable d'utiliser une base d'huile végétale. En massage, en friction ou en compresse, une ou plusieurs huiles essentielles peuvent être diluées dans une huile végétale (amande, macadamia) ou dans un bain avec émulsionnant.

Attention : les Huiles essentielles riches en phénols sont irritantes et ne doivent pas être utilisées pures sur la peau.

3. Diffusion

Certaines Huiles essentielles peuvent être utilisées en diffusion aérienne avec un diffuseur adapté (qui ne chauffe pas les huiles essentielles) ou en versant quelques gouttes sur un mouchoir ou dans une coupelle (éviter d'en déposer sur une ampoule électrique: la chaleur détériore les vertus des molécules de l'huile essentielle). La diffusion permet de purifier l'atmosphère d'une pièce. Les Huiles essentielles à phénols ou à acétones ne sont pas adaptées à cette voie d'utilisation.

 

 

 

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire